PARTAGER
Le wax n‘est pas d’origine africaine mais fait parti de notre identité. Pourquoi?

Depuis plusieurs années, le wax est longtemps perçu comme un tissu africain pour plusieurs. Pour ma génération, nous avons tous été enveloppés dans ce tissu depuis tout petit avant d’en faire des ensembles pour notre quotidien. Néanmoins, il suscite beaucoup de discussions quant à son origine et au fait qu’il fait de l’ombre aux autres étoffes africaines.

Effectivement cette étoffe qui nous vient d’un autre continent a fait de l’ombre à nos tissus produits sur le continent africain depuis toujours comme nous le fait remarquer Le Monde Afrique dans un article. Il est légitime de se demander pourquoi le wax fait parti de notre identité et pourquoi il est listé parmi les tissus africains.

L’origine du Wax

Historiquement le wax est d’origine indonésienne. La Hollande détenant des colonies en Afrique et en Asie, envoyaient des mercenaires de la Gold Coast pour combattre et en rentrant ils furent couvert de malles de batik indonésiens . Ces tissus ont même jusqu’en été valoir de l’or au royaume de l’Or. Surpris par l’accueil réservé à ces tissus, une usine de production fut installée en Hollande dans l’objectif d’inonder le marché africain facilement desservi grâce aux comptoirs commerciaux sur la Côte à l’époque. Cela s’est passé au cours du 19ème siècle

La marque VLISCO (créée en 1846) est la première et la plus connue produisant ce tissu de luxe pour le continent et pour la petite histoire il faut savoir qu’après un premier jet sur le marché, se sont des femmes appelées communément “Nanabenz” au Togo qui éditait des motifs en collaboration avec Vlisco. (Sources : Mlle Malou)

Au fil des années, des marques de wax africaines ont vu le jour tel que Hitarget, GTP, Woodin, pur le plus grand bonheur des consommateurs.

Comment le wax est-il devenu “le tissu africain”?

On pourrait aller vite en besogne et mettre en avant l’idée de l’appropriation culturelle mais on serait loin du compte. Aujourd’hui comme le wax, le bazin puise ses origines d’Europe mais fait partir de l’héritage culturel au Sénégal et au Mali. Ce que ces deux étoffes ont en commun c’est le fait qu’elles sont fonctionnelles. En effet, le wax puise sa force sur trois aspects:

  • ses imprimés graphiques et festifs
  • ses couleurs chatoyantes
  • la légèreté de  sa matière (coton)

Pour nos pays majoritairement plongé dans un climat tropical, je suppose que c’était une aubaine pour nos aïeuls d’avoir (enfin) un matière plus légère pour leurs tenues. En regardant de plus près, le tissu le plus confectionné sur l’étendue du continent était le pagne tissé qui n’est pas des plus praticables. Il est assez lourd et pour certains comme le le bogolan il était utilisé pour des décorations essentiellement avant de s’inviter dans les garde-robes.

Mis à part le fait que le Wax est un tissu confortable, il a une valeur sentimentale pour nous (surtout les femmes) qui se voient offrir des yards et des yards lors de leurs noces. Dans les pays de la côte comme en Côte d’Ivoire, au Togo, au Bénin ou encore au Ghana, il fait parti de la dote demandée par les familles lors des mariages traditionnels. Il nous accompagne dans notre vie de tous les jours comme nous le montre Vlisco dans sa communication pour ses 170 ans. Ajouté à cela, il a créé une vrai frénésie sur la scène mondiale lorsque des marques comme Burberry, l’ont inclus dans des collections.

C’est super d’analyser et de voir comment le monde évolue et comment depuis la nuit des temps les cultures interagissent pour créer de magnifiques joyaux. Personnellement je considérerais toujours le wax comme étant un pagne africain parce que bien qu’il ne puise pas ses origines sur mon continent, il est le fruit d’un travail et d’une appropriation forte. Depuis tout petit je chéri ce pagne qui a une très grande valeur sentimentale pour moi étant originaire du Togo. Le challenge pour nous aujourd’hui c’est de préserver l’héritage que nous a laissé nos parents mais aussi commencé à arborer des textiles qui sont tout aussi luxueux tel que le pagne tissé pour lequel je développe un intérêt particulier en ce moment ;).